L’Edulab a été officiellement inauguré le mercredi 27 mars dernier. Situé au centre de Technofutur TIC -cela a son importance comme on le lira par après- il est intéressant de voir comme cet espace de formation et d’expérimentation pédagogique et numérique s’inscrit dans le paysage numérique communautaire, régional et local, du point de vue en tout cas des femmes et hommes politiques qui se sont penchés ce jour là sur le berceau du petit dernier du Centre de Compétences de l’aéropole de Charleroi.

Acte 1, le pacte d’excellence et, du point de vue de Marie-Martine Schijns, l’EduLAB comme l’un des signes tangibles de la synergie en œuvre au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Région wallonne. C’est son conseiller Education, Cellule “Enseignement secondaire” qui prend la parole, car justement, le jour de l’inauguration, la Ministre de l’enseignement est au Parlement pour le vote portant sur l’augmentation du nombre de technico-conseillers.

Guidance pédagogique au service de l’école numérique

“L’aboutissement ou plutôt le démarrage de ce très beau projet qu’est l’EduLAB souligne l’excellente collaboration qui existe entre la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles, notamment au travers du centre de compétences Technofutur TIC qui met à disposition des ressources pour accompagner les enseignants dans leur transition numérique. Cet accord de coopération avec la Région wallonne et l’école numérique a permis à 1500 projets d’équipements au numérique d’aboutir. L’encadrer grâce à une initiative comme EduLAB par une réflexion et une guidance pédagogique est un facteur important de succès du plan stratégique numérique pour l’éducation en cours de déploiement. D’autres mesures, encore, viennent conforter l’avancée. Pour l’axe du numérique, j’en citerai trois qui figurent dans le décret qui entrera en vigueur dès septembre. L’augmentation du nombre de technico-pédagogues tout d’abord qui va passer de 8 à 48. L’attribution d’un PC portable à chaque direction ensuite. La mesure va s’effectuer en 3 vagues. La première concernera les directions des écoles maternelles et primaires. Last but not least, le décret instaure une intervention forfaitaire annuelle de 100 € pour tout professionnel de l’enseignement qui utilise à titre privé de l’équipement numérique et de la connexion Internet.” – Claude Lachapelle – Conseiller éducation

Atelier Robots Thymio

Plan wallon du numérique: coupler l’équipement à des compétences

Acte 2, la Région wallonne. L’avancement de son plan du numérique est supervisé par le Conseil du Numérique et opérationnalisé par l’Agence du Numérique. En août de l’année passée, le ministre en charge du numérique, Pierre Yves Jeholet, a réuni 145 “Digital Wallonia Champions”, des ambassadeurs du numérique en Wallonie, chefs d’entreprise, startupeurs, formateurs, coachs et universitaires pour une université d’été. Leurs idées, leurs réflexions, leurs priorités ont été traduites dans 3 priorités : le gaming, l’intelligence artificielle et les données. Ce sont des sujets que les enseignants pourront expérimenter de façon disruptive et créatrice sur le site de Gosselies. Avec l’augmentation du nombre de classes numériques, la demande va aller croissant.

“Le dernier appel à projets “école numérique” a suscité l’envoi de 750 projets. 500 lauréats seront sélectionnés. Le numérique progresse sensiblement. Dans le dernier baromètre Digital Wallonia de l’éducation & numérique, on constate qu’on se situe à un ordinateur pour 9 élèves alors qu’il y a quelques années, on se situait encore à 1 pour 15. Si les progrès sont là, l’équipement est une condition nécessaire mais pas suffisante. Il doit être couplé à des compétences numériques adaptées au contexte et la pédagogie des enseignants. C’est dans ce contexte qu’un espace comme l’EduLAB est précieux” –André Delacharlerie, Responsable de l’Observatoire des TIC à l’ADN

Formation sur-mesure

Pour son échevine de l’enseignement et de la formation, l’EduLAB est en matière de compétences et de pédagogies numériques le chaînon manquant entre la théorie et la pratique.

“Nous comptons une petite trentaine d’écoles d’écoles numériques en cours d’équipement auxquelles va s’ajouter la quinzaine d’écoles qui ont répondu au dernier appel à projet. Les besoins en formation au numérique sont importants. Nous travaillons bien sûr avec notre centre de ressources, le CRIAC, mais très vite, nous avons été confronté à un manque de formats de contenus adaptés aux nouveaux besoins de écoles. D’où la prise de contact il y a 2 ans avec Technofutur TIC. Nous avons réuni durant une demi journée les enseignants pour une analyse des besoins, ce qui a permis à notre centre de compétences de développer des formations sur-mesure. En prolongement, l’EduLAB va nous offrir la possibilité d’accompagner la transformation des pratiques numériques en pratiques pédagogiques tout en travaillant à créer une communauté d’enseignants articulées autour de celles-ci. C’est un lieu qui va permettre de rassurer, échanger et créer des pratiques numériques positives développées au bénéfice des élèves. C’est pour moi un facteur clé de réussite et d’avenir.” – Julie Patte – Echevine à Charleroi

Pièce d’un puzzle global

Acte 3, l’éco-système numérique de la Ville de Charleroi qui compte pour la première fois depuis le dernier accord de majorité un échevin du numérique.

“La transition numérique se fait sentir partout. Elle doit permettre à nos services de mieux remplir ses missions de base. Elles sont un boostant de l’économie et s’inscrivent parfaitement dans le plan Catch qui favorise l’émergence d’entreprises digitales et créatives. Technofutur TIC a été et reste un pionnier en la matière. La dernière évolution en date est le numérique comme outil de développement et d’apprentissage. Cela se matérialise par le nouveau campus de formation E6k dédié aux métiers du numérique ou par le tout nouveau FabLab situé aux portes de la Cité des Métiers. Après E6K, après le FabLab Charleroi Métropole, nous sommes enchantés de voir l’EduLAB entrer dans le paysage numérique Carolo.” – Eric Goffart – Echevin

Il doit, selon le Bourgmestre, être pérennisé et pensé de façon encore plus ambitieuse dans un futur projet qu’il imagine de toute évidence relocalisé en tout ou en partie dans le centre ville si cher à ses yeux.

L’EduLAB de Technofutur TIC offre à une nouvelle génération d’apprenants des ressources pour développer l’esprit critique et des compétences que les méthodes traditionnelles d’apprentissage ne permettent pas de valoriser. BeCode, le FabLab ou E6K sont des pièces d’un puzzle global et l’EduLab vient parfaitement compléter cet écosystème.

Paul Magnette – Bourgmestre

Reste la délicate question du lieu.

L’amour du centre ville

Il reste la petite question la localisation. Il fut un temps où l’on l’on tournait le dos à la ville. Il fallait être sur l’aéropole, proche des autoroutes, avec un parking gratuit. Aujourd’hui, le centre ville renaît. Il offre l’opportunité d’une mobilité douce avec la gare à proximité et favorise l’émergence d’une économie numérique urbaine propice à des relocalisations. Les volets 2021-2027 des programmes FSE et Feder gardent des moyens considérables, avec une réduction minime des budgets de l’ordre de 10%. C’est le moment ou jamais de rassembler tous les acteurs pour penser un projet plus ambitieux encore.” A bon entendeur… – Paul Magnette- Bourgmestre

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.