Nous sommes le 8 septembre 2017. Dans son discours inaugural prononcé à l’occasion de la journée internationale de l’alphabétisation,  Irina Bokova, à l’époque Directrice Générale de l’Unesco, souligne  le tournant que provoque  la transition numérique. « L’alphabétisation est traditionnellement définie comme un ensemble de compétences en lecture, en écriture et en calcul utilisées. Les sociétés du savoir numérique sont en train de transformer cette définition, car elles requièrent des compétences nouvelles et plus complexes en lecture et en écriture. »

Autre signe de déferlante du numérique, le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) de l’OCDE inclut dorénavant l’utilisation des TIC comme éléments de test indirect du niveau d’alphabétisme, soit la capacité à résoudre des problèmes dans des environnements technologiques.

Savoir lire, écrire et coder

Il faut lire et écrire bien sûr. Et si, demain, il fallait savoir coder?  La maîtrise de la programmation sera l’enjeu majeur des 10 prochaines années. C’est ce qui ressort du colloque international Educode qui s’est tenu les 28, 29 et 30 août dernier au coeur de la capitale de l’Europe. Cette lame de fond, Technofutur TIC l’a anticipé dès 1999 en organisant des stages d’initiation à la programmation.

« En tant que Centre de Compétences, nous avons un label avec différentes missions de formation et des publics bien définis comme les demandeurs d’emploi et les travailleurs. Nous avons eu, dès le départ, envie d’également nous adresser au citoyen dans un sens plus large. A l’époque, nous avions songé aux seniors, un public pour lequel, quelque part, le dispositif des Espaces Publics de Wallonie a pris la relève. » – Martine Vancamberg, Manager Formations Qualifiantes pour demandeurs d’emploi:

Voie d’étude et de métier

Et pourquoi pas les jeunes?  C’est ainsi que Technofutur TIC a été un des premiers opérateurs en Wallonie a déceler l’intérêt d’initier et de former à la programmation. Depuis, le succès des stages d’été informatiques va croissant.

« Les enfants utilisent des applications, jouent aux jeux vidéos. C’est intéressant de comprendre comment ces outils sont conçus. De prime  abord, la programmation peut paraître compliquée. En fait, on peut l’apprendre très facilement, de façon ludique. Dans une région en reconversion comme Charleroi, cela peut aussi susciter des vocations, déboucher sur des métiers d’avenir liés au numérique. Nous concevons nos stages comme une voie d’étude et de métier». – Martine Vancamberg

D’autant plus qu’ils sont animés par des étudiants ingénieurs en informatique de l’UCL sous la direction du professeur Yves Deville, en charge de l’Université numérique. « Chaque stage est animé par deux étudiants qui peuvent témoigner de l’intérêt de leurs études. »

Education et code
Des jeunes en train de coder un jeu à TechnofuturTIC

Près de 200 participants

Cette année, 196 jeunes de 8 à 18 ans, essentiellement issus aux 2/3 de la Province du Hainaut, ont participé au programme concocté par Technofutur TIC sous la houlette du conseiller du recteur pour l’université numérique de l’école polytechnique de Louvain. : 

« L’objectif est d’avoir une première approche de l’informatique. Le projet éducatif est de familiariser les jeunes aux techniques de programmation, d’avoir une première approche des métiers et, in fine, de susciter des vocations pour des études dans cette filière. Notre but est d’ouvrir cette approche au plus grand nombre, avec des prix très accessibles: de 50 à 70 € pour une semaine de formation de qualité professionnelle. Cela fonctionne. Dans nos formations de perfectionnement, nous retrouvons quelques fois des jeunes qui ont participé à nos stages et qui, après un baccalauréat en informatique dans une haute école, viennent parachever leur parcours chez nous. »

De Python à Android: des stages pour ouvrir la voie aux filières d’avenir

Au menu des stages 2018 pour la tranche des 8-12 ans, la découverte de Blocky, une plate-forme d’apprentissage ludique de l’informatique et de la programmation. Python est un langage de programmation utilisé par une très large communauté. Les jeunes de  12 à 18 ans s’y sont frottés sur le Rasperry Pi, l’un des ordinateurs les plus petits du monde. Technofutur TIC a également programmé un stage de robotique durant lequel les 12-14 ans ont pris les commandes des moteurs, de la lumière et du son d’un Lego Mindstrom EV3. Pour les férus d’applications mobiles, le stage App Inventor a permis aux 13-18 de développer leur propre app mobile sur une smartphone ou une tablette Android. Les stages Blocky et Python ont dû être dédoublés.

« L’objectif est d’ouvrir au plus grand nombre la voie à des études et métiers dans la filière » – Martine Vancamberg

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.